Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 10:09

Le vice-rectorat a décidé la fermeture des écoles et établissements scolaires du second degré de Petite Terre pour la journée de ce jeudi 3 décembre. Rappelant que "le service d'enseignement a été perturbé sur Petite Terre" durant la journée de ce mercredi à cause des échauffourées entre les manifestants et les forces de l'ordre, le vice-rectorat a pris cette décision en fin de journée. "Les maires ont contacté les directeurs d'écoles" et le message a ainsi pu passer, tandis que "sur Grande Terre le service d'enseignement est maintenu".

Ainsi, nous avons été prévenus hier soir à 22H30 qu'il ne fallait pas se rendre à l'école ce jeudi matin. Pour l'instant, nous ne subissons pas du tout les affrontements : nous n'avons pas eu à prendre la barge et les échauffourrées ont lieu assez loin de chez nous. En en discutant avec des Mahorais, la tournure serait assez dramatique avec de nombreux adolescents et clandestins qui veulent "casser du flic"...

Des voix politiques commencent à se lever. Ainsi, M. Lurel, vice-président du groupe socialiste chargé de l'outre-mer à l'Assemblée nationale, "déplore le fait que l'Etat n'ait tiré aucune leçon de la crise de ce début d'année aux Antilles contre la vie chère et en appelle donc directement au président de la République pour qu'il se saisisse lui-même du dossier".
Il affirme que "l'Etat savait pertinemment être assis sur une poudrière!" et que "les raisons de ce brusque accès de colère sont connues depuis longtemps par le gouvernement : celui-ci a été à de multiples reprises ces derniers mois interpellé sur les conséquences de son désengagement financier, du non paiement de ses dettes à l'égard de la collectivité et de sa situation budgétaire, y compris dans ses propres rangs, lors de la discussion du budget de l'outre-mer".
M. Lurel rappelle que "la gestion calamiteuse actuelle de la collectivité départementale" (présidée par l'UMP) " a conduit Mayotte à une quasi tutelle préfectorale".
"Le président de la République doit instamment donner ses instructions pour éviter tout pourrissement de la situation comme cela s'est produit aux Antilles en début d'année ainsi que la mise en danger inacceptable des forces de l'ordre et des fonctionnaires".

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Aurore LEMARCHAND
  • Contact

Recherche

Archives

Liens