Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 15:49

 

L'attachement des Mahorais à la France s'est manifesté depuis le rattachement de Mayotte à la France en 1841. Un refus de l'indépendance s'est exprimé par 99% des électeurs lors d'une consultation organisée à Mayotte en février 1976. Lors du référendum de juillet 2000, les électeurs s'étaient prononcés à 72,9% en faveur d'une collectivité départementale.

 

Après le vote à l'unanimité du Sénat, le 22 octobre dernier, les députés ont adopté, également à l'unanimité, ce mardi deux projets de loi qui feront de Mayotte, à partir de mars 2011, le 101e département français.

 

Voici les propos tenus par la ministre de l'Outremer, Marie Luce Penchard :

- "les évolutions nécessaires pour le développement économique de Mayotte" devront se faire au cours d'une période de 20 à 25 ans à partir de 2012

- "Le droit applicable à Mayotte ne va pas changer automatiquement dès la création du département en mars 2011"

- ce vote constitue "une étape importante mais il ne s'agit pas d'un aboutissement. Il nous appartient à présent, avec les élus de Mayotte et la population, de construire le développement économique et social de l'île dans ce cadre départemental. C'est pourquoi je me rendrai à Mayotte en fin de semaine pour échanger avec les élus sur le programme de travail des mois à venir. Beaucoup reste à faire, je suis absolument déterminée à accompagner le changement de statut pour faire de cette évolution une réussite"

 

 

 

Le défi est considérable car la population est composée à 40% d'étrangers et très souvent encore illettrée, la scolarisation des filles n'a débuté qu'en 1970, par exemple.

 

2 députés (PS et PCF) ont dénoncé la politique menée vis-à-vis des migrants, attirant l'attention sur la situation des mineurs isolés qui ne bénéficient pas de prise en charge par l'Aide sociale à l'enfance.

 

 

Lors de l'examen en septembre dernier du projet de loi sur l'Immigration, la députée de Guyane était intervenue en faveur de l'égalité de traitement entre tous les territoires, dont Mayotte. Alors qu'un député UMP proposait un amendement visant à restreindre les possibilités pour un enfant né de parents étrangers en Guyane ou à Mayotte d'acquérir la nationalité française, la députée avait rappelé qu'il était « insultant de séparer Mayotte et la Guyane du reste du territoire en termes de principe républicain, d’égalité des droits des citoyens, de culture d’hospitalité ». Elle avait insisté de nouveau sur ce point lorsque plusieurs députés UMP avaient proposé de faire appliquer la mesure seulement à Mayotte, s'appuyant sur le fait que ce territoire n'avait pas encore le statut de département français. L'amendement du député UMP avait été rejeté.

Elle a expliqué que la difficulté du gouvernement à respecter le droit républicain et à promouvoir le développement à Mayotte et dans les Outre mers provient de son « incapacité à comprendre que la différence ne nuit pas à l'égalité et que les habitants des Outre mers doivent être les acteurs de leur développement. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Aurore LEMARCHAND
  • Contact

Recherche

Archives

Liens