Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 16:14

La dengue est une arbovirose extrêmement répandue. Elle est habituellement bénigne mais ses formes hémorragiques sont redoutables. Naguère surnommée le "petit palu", la dengue et ses complications, la dengue hémorragique et la dengue avec syndrome de choc, sont aujourd'hui les arboviroses les plus importantes dans le monde. Classée parmi les maladies émergentes du fait de son extension géographique récente, elle est fréquente chez le voyageur.

 

La dengue sévit depuis février aux Antilles et  a touché 29.200 personnes en Martinique et 36.000 en Guadeloupe  .

Au même titre que 2/5e de la population mondiale, Mayotte est exposée au risque de la dengue, décrite sous le nom de "grippe tropicale" dès le 18e siècle.

Des cas de dengue avaient été détectés à Mayotte en juin dernier et une veille saniataire avait été mise en place.

Cette maladie virale est transmise par l'Aede aegypti (surtout) ou l'Aede albopictus, pour laquelle il n'y a ni vaccin, ni traitement spécifique.

 

Même si elle reste bénigne dans la plupart des cas, la dengue a entraîné 12 morts en Martinique et 5 en Guadeloupe. Les victimes étaient pour la plupart des enfants ou des adultes avec des maladies chroniques.
 
L'homme, principal réservoir naturel du virus, est une source de dissémination par l'intermédiaire des moustiques.

La dengue provoque généralement peu ou pas de symptômes. Mais elle peut se manifester brusquement - 4 à 7 jours après la piqure - par une forte fièvre (+39° le plus souvent), des maux de tête, des nausées-vomissements, des douleurs articulaires et musculaires et parfois une éruption cutanée ressemblant à celle de la rougeole. Des saignements (nez, gencives) peuvent compléter le tableau des symptômes.

Dans la majorité des cas, l'infection évolue spontanément vers la guérison. Il arrive cependant que la convalescence soit longue chez l'adulte, avec une profonde fatigue.

Comme il n'existe pas de traitement spécifique à la dengue, et qu'un vaccin n'est pas envisagé avant trois ou quatre ans, la seule solution pour en limiter l'étendue est de la combattre en luttant contre la prolifération des moustiques et en se protégeant individuellement des piqures par l'usage de moustiquaire et autres répulsifs ou vêtements couvrants.

A savoir toutefois, les moustiques deviennent de plus en plus résistants aux insecticides, notamment dans les Caraïbes, selon les observations du chef de service de maladies infecteuses du CHU de Fort-de-France, en Martinique, André Cabié, rapportées dans Le Figaro du 30 août 2010. Cet infectiologue y précise également que contrairement aux moustiques transmettant le paludisme (anophèles), ceux de la dengue sévissent dans la journée. Du coup, les moustiquaires ne sont utiles qu'aux bébés et jeunes enfants.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Aurore LEMARCHAND
  • Contact

Recherche

Archives

Liens