Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 17:04
Revue de presse des journaux d’information : Upanga, Mayotte Hebdo, Les Nouvelles de Mayotte.

 

1. Le mauvais accusé à la barre...

La Cour criminelle de Mayotte jugeait cette semaine un homme accusé d 'avoir violé une mineure. L 'accusé est amené entre deux gendarmes et s 'installe sur son banc. Son avocat arrive, prêt à défendre son client et l 'audience commence. Dans la salle personne ne bronche, pas même l'épouse de l'accusé assise à ses côtés qui est poursuivie aussi. La présidente prend son élan pour démarrer cette première journée de procès lorsqu'elle remarque soudain avec effroi que l'accusé n'est pas le bon ! L'avocat, seul député de Mayotte par ailleurs, n 'avait même pas reconnu son client !

 

2. La vétusté des écoles a encore frappé

     

Mardi après midi, à l'école élémentaire de Tsoundzou 1, un tableau est tombé sur un instituteur, lui occasionnant 10 jours d'ITT. Le dernier passage dans cette école de la commission d'hygiène et de sécurité remonte à avril 2008 et elle avait émis un avis défavorable...

Il y a un problème général de la vétusté des écoles de l'île, qui ne semble par être pris au sérieux par les maires ! En effet, l'entretien et la rénovation des écoles est à la charge des communes.


3. 6 000 enfants sans représentant légal à Mayotte

Les enfants sans représentant légal sur le territoire seraient plus de 6.000 selon Erick Hesler, directeur de l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE). Soit le même nombre que sur l'ensemble du territoire métropolitain. Le service du conseil général est débordé par le phénomène de masse et ne peut placer que près de 200 enfants dans une cinquantaine de familles d'accueil. Un chiffre dérisoire par rapport aux besoins exprimés par les associations.

« On ne peut pas régler à nous seuls ce problème d'envergure nationale voire internationale, justifie le directeur. L'ASE n'est pas une association humanitaire, c'est un service public qui n'a pas vocation à s'occuper des mineurs étrangers isolés. »
Quand les parents en situation irrégulière se font reconduire à la frontière, ils préfèrent le plus souvent mentir sur la présence d'enfants sur le territoire, pensant que leur enfant a de meilleures conditions de vie à Mayotte. Un certain nombre de mineurs sont donc délibérément laissés sur l'île, seuls. Dans la majorité des cas, la maman arrive à regagner l'île en kwassa quelques semaines ou quelques mois après.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Aurore LEMARCHAND
  • Contact

Recherche

Archives

Liens