Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 16:27

Jusqu'ici, les tribunaux cadiaux (de la justice musulmane) rendaient des décisions importantes et se constituaient en juridiction de premier degré conformément au décret de juin 1939 relatif à l'organisation de la justice indigène dans l'archipel des Comores et à la délibération de juin 1964 de l'assemblée territoriale portant réorganisation de la procédure en matière de justice musulmane.
Or, une nouvelle ordonnance prévoit « la suppression totale à Mayotte de la justice cadiale ». Elle limiterait les fonctions classiques des cadis appelés désormais à jouer « un rôle de médiateur ». On notait au total dix sept tribunaux cadiaux à Mayotte. Une autre ordonnance de mars 2000 avait déjà transféré « certaines prérogatives » des juges de paix à la justice civile. C'est le cas du mariage célébré actuellement à l'état civil en dépit des protestations d'une bonne partie des cadis de l'île.

Inquiétude et incertitude se sont emparées des cadis mis en marge selon eux du processus de départementalisation. Ils demandent des garanties quant à leur avenir.
Parmi les propositions avancées, en faire des médiateurs. Avec le département, les cadis n'exerceront plus leurs fonctions de juges.

« Dans la perspective de la transformation de Mayotte en Département d'Outre-Mer, la loi organique a déjà crée le département de Mayotte dès 2011. Ce département deviendra effectif probablement en avril 2011. A partir de cette date, il n'y aura qu'une seule justice à Mayotte, c'est la justice du droit commun. » a déclaré sur Rfo Mayotte le sénateur Soibahaddine Ibrahim.

Quelle est le rôle du médiateur social ? Quelles seront ces compétences ? Autant de questions sur lesquelles il faudra se pencher. Seule certitude : la réforme de la justice musulmane ne remet pas en cause l'islam et sa pratique dans l'île.

 

DSC01772-1.JPG

Photo que nous avons prise du tribunal de Cadi de Pamandzi (Petite Terre)

Partager cet article
Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 14:39

Pour une fois qu'une chaîne métropolitaine choisi de faire un reportage sur Mayotte sans axer sur l'immigration clandestine, on ne va pas se plaindre !

Au programme de l'émission de 26 minutes qui sera consacrée à l'île aux parfums : sortie bateau pour voir les dauphins, kayak dans la mangrove, fabrication du sel à Bandrélé, les tortues à N'gouja et l'ilot M'bouzi et ses makis.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 14:27


De parole de Mahorais, c'est assez rare quand cela arrive !

Mais nous sommes tombés dessus : une tortue s'est fait piéger par la baisse de l'eau de la marée descendante.
Heureusement, ce n'était pas les grandes marées et l'eau est vite remontée !

Il n'y a pas eu à la porter... Heureusement ! Juste l'arroser un peu.

Aux dires de certains, elle a eu de la chance de tomber sur nous car certaines personnes peu scrupuleuses les emportent pour les manger, bien que ce soit une espèce protégée !

Une petite série de photos sur cette rencontre :

P1040436-1.JPG

P1040439-1.JPG

P1040441-1.JPG

P1040451-1.JPG

P1040460-1.JPG

C'est exactement ce qu'on voit quand on nage au-dessus d'elles, sauf qu'elles sont encore plus belles au fond de l'eau avec des reflets bleus et verts. De plus, cette tortue a moins de couleurs et elles est moins "striée" que certaines autres.

Partager cet article
Repost0
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 16:32

Le célèbre Raid Amazones, réservé aux femmes et organisé par Alexandre Debanne, pose ses valises à Mayotte, après La Réunion et le Sri Lanka ! Beau coup de pub pour Mayotte !

 

L’animateur de télévision, Alexandre Debanne, a fait une conférence de presse expliquant que ce Raid n’est pas pour des « femmes guerrières » mais bien pour des « sportives madame-tout-le-monde ».

 

Voici comment il définit son Raid :

« Le raid Amazones est un raid aventure entièrement réservé aux femmes. C’est aussi la découverte d’un pays à travers le sport. L’épreuve sportive aura lieu en matinée, et les après-midi seront consacrées à la découverte du pays et il y aura environ 10% d’équipes locales. »


Trois épreuves sont au programme du raid qui aura lieu du 14 au 20 octobre 2010 : course d’orientation (environ 8 kms), VTT (environ 35 kms) et canoë (20 kms). Il devrait y avoir également du tir à l’arc et une course de pneus, tradition locale.

Le coût d’inscription est de 9 500 € par équipe… Mais tout est compris : billets d’avion, nourriture,… De nombreuses sportives y arrivent en trouvant des sponsors !

Une campagne de publicité aura lieu sur Virgin radio, sur les bus parisiens et dans le métro, sur des chaînes de télévision nationale.


Les inscriptions sont ouvertes dès maintenant sur http://www.raidamazones.com


Vous êtes nombreuses à être des femmes sportives dans mon entourage, presque « guerrières » dans l’effort… Avis aux amatrices donc !

Partager cet article
Repost0
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 14:04

Les résultats des évaluations de CM2 viennent de tomber par académie.


En français, 84% des élèves Mahorais ont des acquis fragiles contre 27% pour la moyenne nationale.

En mathématiques, 77% des élèves Mahorais ont des acquis fragiles contre 33% pour la moyenne nationale.


Mayotte se classe bonne dernière de toutes les académies. La Guyane est tout juste devant…


Pour consulter tous les résultats par académie, cliquez ici.

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 17:44

Voici une petite revue de presse de ce qui fait l'actualité !

Mayotte se développe trop vite pour certaines choses et pas assez vite pour d'autres...


1. La fibre optique à 70 kms et le plus bas débit du monde…

Avec l’arrivée d’un câble en fibre optique, les Comores  bénéficient depuis une semaine du très haut débit pour l'Internet.

Dommage pour Mayotte qui a choisi le chemin le plus long. France Telecom, a choisi d'aller chercher le câble Lion à Diego Suarez, au nord de Madagascar, distant d'environ 400 km. Alors que Mayotte pourrait se raccorder à l’île d’Anjouan qui n'est qu'à 70 km de Mayotte... Ce qui laisse, encore pour deux ans, Mayotte en première position pour sa vitesse de connexion à l'Internet... en partant de la fin !

 

2. Une fonctionnaire d’Etat assermentée qui ne parle pas français…

Au palais de justice, se présente une dame, fonctionnaire d'Etat au service des Douanes Françaises. Cette dame s'approche de la barre suivant le rituel classique et le président de lui adresser la parole pour lui rappeler les termes de son serment avant qu'elle ne lève la main droite et prononce la formule rituelle « Je le jure » conformément à la loi. Or le président eut tout de même un léger haut le corps  en s'apercevant que ladite dame ne parlait ni ne comprenait le français! Quand on pense que pour embrasser une carrière de fonctionnaire d'Etat et qui plus est assermenté, il faut un certain niveau, passer des concours, donc maîtriser la langue de Molière... La vision de cette femme qui est fonctionnaire des Douanes avec tout ce que cela implique, laisse pour le moins pantois. Résultat des courses : une nouvelle douanière assermentée qui ne parle pas le français officie désormais au sein des Douanes Françaises !

 

3. Les pompiers appellent au secours

Le problème du manque de caserne de pompiers devient dramatique.

Dans le week-end, l’éloignement des casernes de pompiers était mis en avant par un fait dramatique, puisqu’un jeune enfant est décédé à Mliha samedi soir dans un incendie provoqué dans son banga par du pétrole lampant.

Créé en 1988 en corps de sapeurs pompiers volontaires, et transformé en corps territorial en 2000, le SIS ne dispose que de deux casernes : l’une à Kawéni, construite en 1998, la seconde à Pamandzi (Petite Terre) qui, selon le rapport du président Douchina, est dans un état pitoyable. « Avec 130 sapeurs pompiers professionnels, Mayotte n’a pas les effectifs pour faire face aux missions de secours » commente le rapport.

Des moyens sont demandés pour faire fonctionner les deux centres actuels et les 4 casernes provisoires que sont Chirongui (actuellement en travaux et qui sera inaugurée en avril 2010), Acoua, Longoni et Kahani.

 

4. Ouverture d'un Mac Donald's à Hajangua

 

Annoncée depuis plusieurs années, l'installation à Mayotte du célèbre clown de la restauration rapide a été confirmée par la Chambre de commerce et d'industrie très récemment. Un restaurant Mac Donald's doit ouvrir ses portes d'ici quelques mois dans le village d'Hajangua.

Comme à son habitude, Mc Do adaptera légèrement sa carte aux spécialités locales. Ainsi, il est prévu un Filet-o-Fish Mataba et un menu Mc Brochetti. Tous les hamburgers sont garantis halals.

 

 

5. Johnny en convalescence à Mayotte, avec son lot de rumeurs…

Le rockeur chouchou des Français est en ce moment à Mayotte, dans la commune de Kani- Kéli, à l'hôtel le Jardin Maoré. Johnny Hallyday est arrivé dans le plus grand secret à bord de son jet privé et aurait prévu de rester une semaine sur l'île aux parfums. C'est avec son épouse Laetitia et ses deux filles - ainsi qu'un impressionnant service de sécurité - que la star a pris ses quartiers sur la plage de N'gouja. Cette dernière ayant été en partie fermée au public afin de garantir une parfaite intimité à Johnny et ses proches. Remis de sa récente hospitalisation à Los Angeles en décembre dernier, qui avait ému la France entière, le chanteur aurait confié à un serveur du Jardin Maoré être particulièrement inspiré par la quiétude de l'endroit et envisagerait même d'écrire un morceau et pourquoi pas tourner un clip !

Apprenant la nouvelle, le directeur du service culturel du Conseil Général, Alain Kamal Martial aurait tenté de joindre Johnny afin de lui proposer d'apparaître en "guest-star" lors de la grande soirée 9 semaines et 1 jour qui doit avoir lieu samedi soir au Cinéma de Mamoudzou, mais le cachet réclamé par l'agent de la star serait équivalent à 25% du budget annuel du service… Laetitia, la jeune épouse du chanteur, aurait quant à elle été aperçue faisant du shopping incognito dans les allées du marché de Mamoudzou...

 

6. Mairie fermée pour factures impayées…

 

La mairie de Koungou a rouvert mardi après près de 10 jours de fermeture. L'édifice municipal ne pouvait fonctionner puisque l'électricité et l'eau avaient été coupées en raison de facture non payées.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 10:47

Une légende de Mayotte

L’histoire de Mtsanga Tsoholé ou « histoire de l’îlot de sable blanc »,

 se situerait au temps des premiers rois, des premiers sultans installés à Mayotte.

 

Tout commence par une lubie, celle d’un roi qui voulait marier sa fille: « Ce roi a décrété que le jour du mariage de sa fille, les invités n’auraient pas à poser le pied à même la terre, qu’ils n’auraient pas à s’asseoir sur les nattes traditionnelles.

En l’honneur de ma fille, a-t-il dit, on étalera du riz partout » raconte un ancien. Et ce roi a tenu parole.

 Avant le mariage, il a ordonné à tous les villageois de piler du riz, jusqu’à ce qu’il juge qu’il y en ait assez. Le riz a été pilé pendant des mois, et même des années avant le jour de la noce.

 « Partout, sur tous les chemins qui menaient à la noce, à la pointe de Saziley, le cortège a marché, chanté et dansé sur le riz… » nous dit le vieux Ali Madi. Gaspillage!

Le riz a effectivement été répandu.

 

 Mais quand le cortège nuptial est arrivé à destination, Dieu a aussitôt répandu sa colère et il a tout anéanti. Selon la légende, le village a donc disparu.

Tout le monde a été englouti et le riz s’est transformé en sable.

Aujourd’hui, l’îlot qui est situé au sud de Sazilé est une véritable attraction, un lieu magique qui suscite des histoires sans fin. »

 

images-copie-2.jpg

Partager cet article
Repost0
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 13:09

Le sucre à M'TSAMBORO

Dans le temps, à Dzoumogne vivaient des gens qui, dans l'agriculture, travaillaient la canne à sucre. Parmi ces personnes, il y avait des gens de la commune de M'tsamboro.

 

Ils ont récolté les cannes et ils ont produit cinq tonnes de sucre. Ils ont partagé le sucre entre les communes de Tsigoni, Bandraboua, Acoua et M'tsamboro. Deux tonnes pour la commune de M'tsamboro, une tonne pour les autres.


Deux tonnes n'étaient pas suffisantes pour la population. Les villageois ont donc donné deux sacs de sucre au chef du village et ils lui ont demandé de trouver une solution.
Le chef du village a décidé, avec ses soldats, de renverser le sucre dans la rivière qui passe dans le quartier M'joukoura.


Le sucre mélangé à l'eau de la rivière fournirait suffisamment d'eau sucrée à tous les villageois ! Le chef a fait appel aux villageois. Les habitants de quelques quartiers étaient du partage et s'installaient sur la rivière pour goûter.


Cependant tous les habitants n'en ont pas profité, car le chef du village avait oublié les autres quartiers.
Ce qui fait que l'histoire est devenue une légende à Mayotte : les gens de M'tsamboro ont maintenant la réputation de consommer beaucoup de sucre.

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 08:48

 

Aller à la rencontre de la mangrove de Mayotte mérite vraiment le détour ! Même si parfois, on peste car elle est souillée par les déchets du village voisin, et cela malgré le nettoyage naturel dû aux marées (importantes à Mayotte : le marnage maximum atteint quatre mètres !).

 Toutes ces incursions dans ce monde vert perché sur échasses – non, pardon, sur racines - est fascinant et enchanteur. Tout y est calme, assourdi. On y croise le periophtalme, sorte de petit poisson amphibie caractéristique, le crabe violoniste avec son énorme pince, le crabier blanc, oiseau au long bec fin, le Terebralia palustris, un mollusque au cône pointu.

 P1030520.JPG

le periophtalme on peut le voir sur le bord de la coco.

 

P1030505.JPG

 

Côté flore, règnent le palétuvier rouge, le manglier blanc – autre type de palétuvier, le plus terrestre – le manglier jaune. Mais celui qui est en première ligne, qui affronte les vagues de l’Océan est le palétuvier-fleur (« Sonneratia alba », de son nom scientifique). Plus précisément, la mangrove de Mayotte abrite sept espèces de palétuviers. Observez ces espèces de tubes qui sortent du sable tels des mini-tubas de plongeur : ils permettent aux racines de respirer.

La mangrove est une sorte de forêt tropicale qui s’épanouit entre mer et terre, dans des zones calmes et peu profondes, remontant le cours des fleuves tant que l’eau est saumâtre. Sa faune et sa flore sont très spécifiques. Elle couvre une superficie d'environ 150 000 km² sur notre planète, occupe les trois-quarts des côtes et deltas des régions tropicales et assure une excellente protection contre l'érosion et même les tsunamis. A Mayotte, minuscule île de 374 km2, la mangrove est forcément proche des zones habitées. Et donc menacée par les déchets et les coupes de ses palétuviers. Qui sait que la mangrove appartient au domaine public et donc « inaliénable » ? P1030469.JPG

 

C'est un milieu fragile, très sensible à la pression de l'activité humaine et à la pollution. Mais c'est un milieu qu'il faut préserver car, au-delà de l'intérêt biologique qu'il représente, il joue un double rôle dans la lutte anti-érosion. D'une part, la mangrove piège les sédiments et en empêche une très grande partie d'aller envaser le lagon et étouffer le récif, d'autre part elle atténue fortement l'action agressive de la houle envers le littoral. Enfin la mangrove est une pouponnière pour les carangues, mérous, crevettes qui viennent y pondre à l’abri.

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 09:13
Vous changez d'heure en métropole ce samedi soir.

A Mayotte, nous ne changeons pas : du coup, nous n'aurons plus 2H de décalage mais 1H de décalage !

Vous devrez ajouter 1H à votre heure métropolitaine pour avoir notre heure. Quand il sera 20H pour vous, il sera 21H pour nous. Donc, évitez d'appeller après 20H heure métropolitaine : nous serons couchés ou sur le point de nous coucher...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Aurore LEMARCHAND
  • Contact

Recherche

Archives

Liens