Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 07:04

Une étude a été effectuée sur "la biodiversité algale au service du développement économique de Mayotte". Les enjeux de développement économique futur apparaissent considérables.

 

Cultiver des algues à Mayotte pour répondre aux énormes besoins du marché mondial, telle est l’idée avancée. Les zones tropicales sont particulièrement favorables à la production de macro-algues…

 

Une possibilité serait de retraiter les boues de ses stations d’épuration (700 tonnes de matière sèche par an actuellement, 3.024 tonnes attendues en 2030).

 

La culture de micro-algues permettrait notamment de valoriser les boues des stations d’épuration en les transformant en biocarburants, mais aussi être utilisées pour l’élaboration de produits cosmétiques, l’alimentation humaine, la nutrition animale ou l’aquaculture.

 

Les macro-algues à colloïdes permettent quant à elles de produire des gélifiants qu’on retrouve dans de nombreux produits de consommation courante.

 

Les micro-algues pourraient également absorber le CO2 dégagé par les centrales d’Electricité De Mayotte.


Sources de lipides ou de protéines, les algues peuvent servir à l’alimentation humaine, mais aussi pour nourrir les volailles, les bovins et les poissons, et dans de nombreux autres domaines… 

 

A suivre !

Partager cet article
Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 13:30

Le chicowa, appelé également tontine, est le circuit financier informel le plus répandu à Mayotte, tentant de contourner le resserrement des conditions d’octroi des crédits bancaires et la faible bancarisation des ménages.

 

Il prend la forme d’une association de personnes (d’un même village, famille ou milieu professionnel) versant périodiquement des cotisations fixes dans un fonds commun. Ce fonds commun leur est distribué à tour de rôle, généralement dans un ordre discuté à l’avance.

 

Exemple : 6 personnes apportent 500 euros chaque mois. Le 1er mois une personne prend les 3 000 euros, le 2ème mois une autre personne,... jusqu'au 6ème mois.

 

Le cycle prend fin lorsque chaque participant a bénéficié du fonds. Une personne est nommée responsable du groupe. Elle s’assure du respect des échéances et de la participation de tous.


Ce système repose entièrement sur la solidarité et la confiance mutuelle de ses membres.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 13:18

Au-delà des aspects institutionnels, Mayotte se différencie culturellement et cultuellement de la France continentale et des autres Dom. La population mahoraise est musulmane à 95% et sa culture est essentiellement d’inspiration africaine. L’un des principes de l’islam, qui consiste à ne pas contracter d’emprunt associé à un intérêt, peut limiter le recours à l’endettement bancaire.


L’endettement est pourtant en augmentation sur l’île, porté par la vigueur des crédits à la consommation (+1% en 2009 après 20% en 2008 et 30% en 2007) et des crédits à l’habitat (+9% en 2009, 22% en 2008). Cependant, le taux de bancarisation demeure faible : aujourd’hui encore, moins d’une personne sur deux possède un compte bancaire.


Des techniques coutumières permettent aux familles modestes d’obtenir un crédit sans intérêt. La population de Mayotte, caractérisée par un attachement fort aux principes de solidarité communautaire et familiale, pratique encore largement l’entraide financière. Dans certains foyers, les versements d’un membre de la famille ou d’un groupe peuvent atteindre 22% du revenu.

Partager cet article
Repost0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 12:29

A Mayotte, la croissance démographique y est l’une des plus importantes des territoires français (+3,1% entre 2002 et 2007, contre 0,6% en France entière entre 1999 et 2007) et 54% de la population a moins de 20 ans, contre 25% pour la France entière. Cela entraîne une augmentation rapide de la population active : 1.400 actifs supplémentaires en moyenne tentent de s’insérer sur le marché du travail chaque année.


Malgré une création d'emplois relativement soutenue ces dernières années (+3,8% par an entre 2002 et 2007), le taux de chômage reste élevé et atteint 26,4% de la population. Il s'explique en partie par l'inadéquation entre les besoins des entreprises et les qualifications de la population. Certaines catégories sont particulièrement vulnérables : chez les jeunes, le taux de chômage s’élève à 41,5% et le chômage touche plus d’une femme sur trois (35,9% en 2007, 45,7% en 2002).


La population mahoraise est encore éloignée de la culture entrepreneuriale.

 

 

La précarité est importante : au moins 21% de la population vit sous le seuil de pauvreté fixé à 1 209 € par an. Le secteur informel est également prégnant, si l’on considère que huit personnes sur dix disposent d’un revenu inférieur au Smig ou encore que près d’un tiers de la population séjourne de façon irrégulière sur l’ile.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 14:06

Une étude réalisée par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement et l'Institut Mondial des Ressources, en collaboration avec un réseau de plus de 25 organisations spécialisées, révèle que 75% des récifs coralliens de la planète sont actuellement menacés par l'activité humaine, dont les récifs de Mayotte.

Cette étude présente une analyse complète des menaces qui pèsent aujourd'hui sur les récifs coralliens, en intégrant pour la première fois les effets du changement climatique, notamment le réchauffement des mers et l'augmentation de l'acidité des océans.

 


Les conclusions de cette étude sont sans appel : les activités humaines locales comme la surpêche, le développement côtier, le tourisme et la pollution, présentent les risques les plus immédiats et menacent plus de 60% des récifs coralliens du monde.


Aux pressions locales (en particulier la surpêche et les pêches destructrices), qui sont à l'origine de la dégradation de nombreux récifs, s'ajoutent désormais les pressions mondiales (la hausse des températures des mers, de l'acidification des océans et de la pollution au dioxyde de carbone) qui entraînent le blanchissement des coraux.


Selon les conclusions de la nouvelle étude, si rien n'est fait, plus de 90% des récifs coralliens de la planète seront directement menacés de disparition d'ici à 2030, alors qu'ils offrent de multiples avantages aux quelques 275 millions de personnes qui vivent dans leurs proches environs : protection des côtes contre les tempêtes et l'érosion, nourriture, nouveaux moyens de subsistance,...

Partager cet article
Repost0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 14:33

MAYOTTE : PROJET DE PISTE D’AEROPORT DANS LE PARC NATUREL MARIN

 

Le projet de piste longue de l’aéroport de Mayotte, qui va être bientôt soumis à la Commission Nationale du

Débat Public (CNDP), est présenté comme un atout de développement économique et touristique. France Nature Environnement (FNE) et son association membre, les Naturalistes, environnement et patrimoine de Mayotte, s’opposent à un projet, aujourd’hui obsolète, et qui, en raison des atteintes irrémédiables au lagon et au parc naturel marin qu’il engendre, va à l’opposé des intentions de développement affichées. De plus, les annonces  récentes par les compagnies aériennes de l’augmentation des rotations, en utilisant l’infrastructure existante, démontrent l’inutilité de ce projet d’extension.

Pour ses partisans, la piste actuelle ne permettrait pas de liaison directe Mayotte-Paris pour les long-courriers gros porteurs. Et il faudrait construire une piste de 2600 m (voire 3000 m), sur le lagon, pour un coût estimé à 300 millions d’euros.

 

Un projet destructeur


La construction d’une nouvelle piste longue, sur le récif de la barrière de corail, aurait un impact désastreux sur le très fragile écosystème lagonaire, déjà très menacé par le changement climatique et de multiples agressions (assainissement embryonnaire, déchets, érosion terrestre). La zone de l’aéroport est l’une des plus riches par ses herbiers marins, sites de reproduction et nurserie pour de nombreuses espèces, espace de nourrissage pour les dugongs et tortues, plages recevant la ponte de tortues. Le chantier créerait des perturbations démesurées : arasement de deux collines pour fournir les matériaux et, surtout, immersion de 3 millions de m3 de déblais entraînant l’envasement et la mortalité des coraux dans la zone, notamment pour la partie marine de la réserve naturelle nationale de l’îlot M’Bouzi, toute proche.

La construction du deuxième quai du port de Longoni, pourtant sans commune mesure, s’était déjà soldée par des conséquences écologiques catastrophiques : destruction d’une mangrove de fond de baie, envasement et mort des coraux.

 

La piste existante suffit désormais à répondre à une bonne desserte de Mayotte

 

Grâce aux progrès considérables de l’industrie aéronautique, il est aujourd’hui possible d’assurer des vols directs entre Mayotte et Paris sans nouvelle piste. En effet, les avions actuels ont des performances très supérieures à ce qu’elles étaient lors de la genèse du projet. Air Austral a acquis deux Boeing B777- 200LR capables de décoller à pleine charge de l’aéroport de Mayotte tel qu’il est. La compagnie annonce trois vols par semaine entre Paris et Mayotte à partir du 31 octobre 2011. Un quatrième vol hebdomadaire pourrait être envisagé.

Corsairfly pour sa part dessert déjà Mayotte avec un aller Paris-Mayotte sans escale. Les rotations vont être portées à trois par semaine. Surtout, la compagnie vient d’annoncer que, sous réserve d’un aménagement très limité de la piste (40 mètres !), elle pourra desservir Mayotte avec des Airbus A330-200 capables de décoller depuis la piste existante vers Paris à pleine charge et sans escale.

Pour Michel Charpentier, président des Naturalistes, environnement et patrimoine de Mayotte : « S’obstiner dans la construction d’une piste longue serait du gaspillage d’argent public alors qu’il y a tellement d’autres urgences à Mayotte : l’assainissement, la résorption de l’habitat insalubre, la création d’équipements culturels, la construction d’établissements scolaires, l’ouverture d’un réseau de transport en commun, la recherche sur les énergies renouvelables, le raccordement au réseau haut débit… »

Pour Bruno Genty, président de FNE : « Les dégâts majeurs et irréversibles qu’elle causerait sur le lagon sont en totale contradiction avec le projet annoncé par un décret pris le 18 janvier 2010 par le Président de la République de création d’un Parc Naturel Marin classant le lagon de Mayotte. C’est pourquoi nous espérons que le débat public débouchera sur un avis négatif pour la construction de cette piste longue de l’aéroport de Mayotte. Bien pire, elle menacerait gravement les meilleurs atouts de l’île : sa biodiversité et son attractivité touristique. Ce projet serait également un obstacle au classement du lagon en tant que patrimoine mondial de l’humanité comme le demandent les Naturalistes de Mayotte ».

 

France Nature Environnement et les Naturalistes, environnement et patrimoine de Mayotte, demandent aux pouvoirs publics et aux élus de reconsidérer leurs priorités et consacrer les investissements publics à des choix plus pertinents pour Mayotte. 

 
Partager cet article
Repost0
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 13:45

Les départements français ont été créés pendant la Révolution, en 1789.

 

Ils étaient 83 à l’origine, mais leur nombre a varié au fil de l’Histoire :

 - 130 en 1810 à cause de la politique d’annexion de terres étrangères par Napoléon

- 89 en 1860 après plusieurs évolutions dont le rattachement de la Savoie et de Nice

- 86 en 1870 avec l’annexion par l’Allemagne de la Moselle et des deux départements d’Alsace

- 90 en 1922 avec l’arrivée du Territoire de Belfort

- 94 en 1946 avec la création de 4 départements d’Outremer

- 100 en 1964 avec une grande réforme de la région parisienne : la Seine fut divisée en 4, la Seine-et-Oise en 3. Par ailleurs, la Corse engendra 2 départements

 

Depuis le 31 mars 2011, Mayotte complète cette longue Histoire en devenant le 101ème département.

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 13:21

La semaine dernière, ce sont deux femelles et deux petits qui ont été observés dans le lagon de Mayotte. Quelques privilégiés (dont je ne fais pas partie) ont eu la formidable surprise de voir apparaître ces princes des mers en pleine chasse.

Mayotte est un lieu privilégié où les mammifères marins se laissent approcher, dans la mesure où cela se fait avec respect.

 

La présence de ces mammifères marins au large des côtes mahoraises n'est pas anormale, bien qu'elle soit très rare. Ces animaux vivent essentiellement en eau froide mais sont  également présents dans toute la région de la côte est africaine, de l'Afrique du sud aux Comores.


Ces orques étaient là pour chasser (des dauphins notamment…). Ne possédant aucun prédateur hormis l'homme, ils sont considérés comme les princes des océans. L'orque, également appelé épaulard, vient du latin orcinus orca signifiant "celui qui apporte la mort"...

 

Cette espèce, de la famille des cétacés, est voisine du dauphin. Objet de tous les fantasmes, l'orque est pourtant un animal particulièrement intelligent et sensible. 

 

 

 

index.jpg

Partager cet article
Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 06:33

En commençant à desservir Mayotte, tout le monde pensait que Corsairfly passerait sous le seuil de 800 euros l'aller-retour. Cela n'avait pas été le cas...

 

Mais, à partir de mai 2011, Corsairfly va mettre en oeuvre une vraie concurrence face à Air Austral : certains vols vont être baissés au prix de 630 euros l'aller-retour !

 

Attention : cette opération est ponctuelle, ces tarifs sont applicables pour tout achat réalisé avant le 4 avril.

 

Sur les périodes de vacances scolaires, les prix restent très élevés (aux alentours de 1 000 euros), ce qui est toujours moins qu'Air Austral (aux alentours de 1 500 euros)...

Partager cet article
Repost0
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 06:35

C'est au Journal officiel du 27 mars qu'est publié le décret n°2011-330 du 25 mars 2011 pris pour l’application de la loi n°2010-1487 du 7 décembre 2010 relative au Département de Mayotte.

 

L’entrée en vigueur est prévue à compter de la première réunion suivant le renouvellement du conseil général,  jeudi 31 mars 2011.

 

Mayotte est donc désormais officiellement le 5ème département-région d’Outremer et le 101ème, le premier doté d’une collectivité unique.

 

Ce décret «étend à Mayotte les règles de droit commun du code général des collectivités territoriales, en adaptant, notamment, des dispositions relatives aux finances locales et à l’organisation et au fonctionnement du conseil économique, social et environnemental et du  conseil de la culture, de l’éducation et de l’environnement ; il modifie le code électoral, dont les dispositions spécifiques à Mayotte sont supprimées, ainsi que le code des juridictions financières pour rendre applicables à Mayotte les dispositions réglementaires relatives aux chambres régionales des comptes».

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Aurore LEMARCHAND
  • Contact

Recherche

Archives

Liens