Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 06:44

Une nouvelle réunion de la cellule de veille des ressources en eau potable s’est tenue.


Malgré les pluies de février, la situation ne présente aucune amélioration considérable quant aux ressources en eau potable de l’île. En effet, les niveaux de remplissage des retenues collinaires restent insuffisants.


A ce titre la cellule informe que l'arrêté préfectoral sur la limitation de l'usage de l'eau reste en vigueur et souhaite rappeler à la population de l’île la nécessité d'un usage raisonné des ressources en eau potable.


Depuis le 18 janvier dernier, des interdictions d'utilisation de l'eau potable du réseau ont été mises en place afin que l'eau soit prioritairement réservée à son usage d'origine : l'alimentation.

 

Ainsi, le lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles, des camions, des engins de chantier, des voiries, des bateaux de plaisance et de pêche, de tous les types de bâtiments sont interdits.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 13:53

DSCN2774.JPG

 

Il y a un manque de pluie lors de cet été à Mayotte. Mais quand cela tombe, ce n'est pas qu'à moitié... Et c'est rapidement l'inondation dans le jardin !

 

Mais l'avantage à Mayotte est que tout de suite après la pluie vient le soleil !

  DSCN2779.JPG

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 13:40

A Mayotte, la pluie n'est pas au rendez-vous et les réserves diminuent.

 

Or, l'alimentation en eau potable est assurée à 80% par les retenues collinaires et le niveau d'eau de ces infrastructures est « préoccupant » alors que « la situation des eaux de captage provenant des eaux souterraines est également alarmante ».

 

« Depuis 2010, Mayotte connait un déficit en pluviométrie de l’ordre de 30% », indique la préfecture pour expliquer les mesures qui entrent en vigueur afin d'éviter de plus grandes restrictions :  « interdire provisoirement les usages de l’eau potable à des fins non sanitaires et non alimentaires ».


Ainsi, le lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles, des camions, des engins de chantier, des voiries, des bateaux de plaisance et de pêche, de tous les types de bâtiments sont interdits.


De même, l'arrosage des espaces verts, publics ou privés, des terrains de golfs et de sport sont prohibés ainsi que « l'irrigation par aspersion de 8 heures à 18 heures ».

 

Pendant ce temps, l'île Maurice est passée en alerte rouge « sécheresse »et applique désormais des mesures dissuasives : le lavage de voitures ou de sols extérieurs de bâtiments est passible d'amende et même de prison !

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 06:58

Le 3ème critère sur lequel Mayotte peut candidater au Patrimoine mondial de l'Humanité est " représentativité d'habitats naturels menacés".

 

 

1) Une grande variété d'habitats

Sur les côtes de Mayotte :

- Falaises rocheuses volcaniques ou formations marécageuses d'arrière mangrove

- Mangroves ou plages de sable ou de galets

- Zone d'accumulation de sédiments bio-détritiques

Sur le récif frangeant :

- Zone à micro atoll de coraux

- Zone à algueraies ou à herbiers

- Platier abrasé recouvert de cailloutis

- Frange de coraux vivants et bien diversifiés sur le front externe, se poursuivant finalement sur une pente où les coraux descendent jusqu'à environ -30 mètres.

 

2) Les principaux habitats

- Les récifs coralliens : Les récifs couvrent une surface de 150 km². On distingue trois grands types de structures, les récifs frangeants (195 km), les récifs internes dont la double barrière (18 km) et le récif barrière (140 km). Ce sont des lieux de vie extraordinaire, puisque à l'échelle de la planète, les récifs coralliens recouvrent 1% des fonds sous-marins et abritent 25% des espèces marines.

- Les herbiers ou algueraies : La surface totale des herbiers est estimée à 760 ha, avec 7 genres et 11 espèces de phanérogames.

- Les mangroves : La mangrove et l'arrière mangrove couvrent une superficie de 720 ha, et bordent 29% du littoral. Il existe 2 grands types de mangrove à Mayotte, les mangroves d'estuaires et les mangroves littorales composée de 7 espèces de palétuviers. Elles constituent une véritable nurserie pour les juvéniles de poissons qui peuvent se développer à l'abri des prédateurs.

 

3) Les espèces emblématiques et/ou menacées

Le lagon abrite de nombreuses espèces emblématiques et/ou menacées. Les premières qui viennent à l'esprit sont le dugong, la tortues verte et la tortue imbriquée ou encore la baleine à bosse, mais ce ne sont pas les seuls. Au niveau des poissons, on dénombre 25 espèces remarquables selon les critères de l'UICN et/ou de la Cites.

Au cours de l'hiver austral, de nombreuses baleines à bosse viennent trouver refuge dans les eaux calmes du lagon pour mettre bas et élever leurs petits. C'est donc un site particulièrement sensible pour la pérennité de l'espèce.

Mayotte est également un lieu privilégié pour les tortues marines.

Mayotte est également située sur deux axes migratoires pour les oiseaux, un couloir nord-sud ainsi qu'un couloir est-ouest, entre Madagascar et la côte africaine.

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 04:38

Le 2nd critère sur lequel Mayotte peut candidater au Patrimoine mondial de l'Humanité est " représentativité de processus écologiques et biologiques".

 

 

Les eaux de Mayotte abritent une biodiversité d'une richesse exceptionnelle, bien qu'un grand nombre d'espèces reste encore en découvrir. Cette forte biodiversité s'explique par la situation géographique de l'île et les influences qu'elle reçoit des faunes locales, de Madagascar, de la mer Rouge et des côtes est-africaines. De plus, l'isolement océanique favorise un taux d'endémisme marin assez élevé. Pour évaluer la biodiversité d'un écosystème corallien, les principaux groupes référents sont les coraux, les algues, les mollusques, les poissons et les crustacés.


En ce qui concerne les coraux, on en dénombre environ 300 espèces, dont plus de 200 espèces de coraux scléractiniaires. De plus, les récifs mahorais présentent une résilience exceptionnelle comparée aux autres sites étudiés dans la région.


Pour ce qui est de la faune ichtyologique, une étude faite en 2009 donne le nombre de 765 espèces de poissons. En 2004, une précédente étude faisait état de 467 espèces soit une augmentation de 71% du nombre d'espèces connues entre 2004 et 2009. De plus, à Mayotte, il est raisonnablement permis de penser que la richesse spécifique totale est encore largement sous-estimée. Cela va à l'encontre de la théorie selon laquelle la richesse spécifique d'une île est proportionnelle à sa taille et décroît avec son isolement.

 

Le nombre d'espèces de mollusques est lui estimé à plus de 800, avec 500 espèces identifiées.


Pour le groupe des crustacés, il est traditionnellement choisi de s'intéresser aux décapodes, qui comptent parmi les crustacés les mieux étudiés. L'inventaire des crustacés décapodes de Mayotte fait état de 130 espèces déterminées, pour une estimation d'un millier de décapodes présents.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 04:54

Le 1re critère sur lequel Mayotte peut candidater au Patrimoine mondial de l'Humanité est "une beauté exceptionnelle".

 

Ce critère ne peut être évalué sur des bases objectives, mais il y a des signes qui ne trompent pas, et qui laissent les visiteurs qui se rendent à Mayotte sous le charme.

 

Ce qui frappe à Mayotte c'est l'omniprésence de la végétation verte et dense, qui donne à l'île un aspect sauvage. Les villages se sont établis en fond de baie, derrière la mangrove, ce qui les rend peu visibles depuis le large.

 

Le littoral faiblement urbanisé est bien préservé. Il est découpé par une succession de pointes et des baies, points de rencontre entre "l’île verte" et le bleu du lagon.

 

De nombreuses plages ceinturent Mayotte, souvent bordées de végétaux, comme des badamiers, cocotiers ou baobabs. Le sable de ces plages est le plus souvent composé de sédiments volcaniques qui lui donnent une coloration sombre, mais l'on trouve également certaine plages de sable blanc, situées sur les pointes et les îlots, qui donnent du relief à la ligne d'horizon.


Les camaïeux de bleu qui habillent le lagon offrent des dégradés spectaculaires, avec des variations de couleurs particulièrement remarquables au niveau des passes et de la barrière de corail, accentués à marée basse.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 06:56

Alors que la Réunion vient tout juste d'y réussir son entrée après huit longues années d'attente et d'efforts des pouvoirs publics et de la population, c'est au tour de Mayotte de candidater pour être inscrite au Patrimoine mondial de l'Humanité.

 

Les  atouts de Mayotte pour son inscription dans la liste des sites préservés sont indéniables. Mais il y a de nombreuses exigences :

mise en place d'une véritable politique d'assainissement

développement de la recherche et du suivi du lagon

priorité donnée à l'éducation à l'environnement

Un gros travail à Mayotte…

En plus du prestige qu'il confèrerait, ce classement permettrait de mieux préserver le patrimoine naturel mahorais et favoriserait le développement d'une économie touristique respectueuse de ce patrimoine exceptionnel.

 

Sur les 10 critères de sélection, un seul suffit pour pouvoir être candidat et Mayotte en remplit déjà 3 : les critères esthétique (VII), de représentativité de processus écologiques et biologiques (IX) et d'habitats naturels menacés (X). Avec un des lagons les plus grands du monde doté d'une double barrière, un littoral encore très peu bétonné, la confluence des courants marins de Madagascar, de la côte est-africaine et de la mer Rouge favorisant la biodiversité, des habitats remarquables comme les coraux, la mangrove, les herbiers et les plages de ponte, et la présence d'espèces menacées comme la baleine à bosse, le dugong ou les tortues marines, Mayotte a toutes les chances d'être un jour inscrite sur la liste indicative des sites sélectionnés par la France.

 

Les pratiques traditionnelles mahoraises comme la pêche au djarifa, la navigation en pirogue,  ou encore les zyaras, lieux sacrés habités par des esprits, illustrent bien le rapport de la société avec son environnement.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 09:44

Le reste n'est qu'une histoire d'érosion   de ces roches aux natures et résistances différentes. Tout d'abord, l'eau fait disparaître les collines fragiles qui guidaient les coulées ; celles-ci se retrouvent donc en relief dans le paysage alors qu'elles se trouvaient au fond des vallées . Les coulées elles-mêmes sont grignotées devenant des boudins, puis des boules de basaltes, puis des traces de boules puis des souvenirs de coulées complètement transformées en argiles bariolées formant de remarquables padzas.


undefined

undefined

 

undefined

 

undefined

 

undefined

 

Le reste des sédiments est transporté jusqu'au lagon où il se mélange aux débris de coraux le tout étant trié par les courants, puis redéposé sous forme de sables différents selon les plages.

 

undefined
Plages dont certaines sont fossilisées comme celles des Badamiers (Petite Terre).


plage-des-badamiers.jpg

Partager cet article
Repost0
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 07:48

(Fait par un géologue)

 

Mayotte est une île volcanique  qui a fonctionné de différentes manières au cours du temps.

La première activité ressemblait beaucoup à celle du piton de la Fournaise  à La Réunion aujourd'hui, et peu de traces restent visibles.
Quelques millions d'années plus tard, d'autres laves se mettent en place, plus visqueuses que les précédentes et donc ayant plus de mal à se déplacer. D'où les reliefs amusants tels que la tête de crocodile : la lave sort au niveau du crâne puis glisse laborieusement vers la mer..... c'est un dôme coulé.


undefined


Une certaine quantité de magma peut refroidir, emprisonné dans la cheminée qui le conduisait. L'érosion aidant, elle dégage les bords du cratère moins cohérents laissant alors apparaitre le magma moulé: c'est le mont Choungi.


undefined
Encore un peu plus tard, un volcanisme plus explosif s'exprime plus brièvement au nord ouest. Les cônes déposent beaucoup de cendres et de pouzzolanes d'une part (Mamoudzou) puis le magma rencontrant beaucoup d'eau, il est pulvérisé dans de très violentes explosions sous forme de cendres...

 

undefined  

 

et de gros blocs arrachés à la cheminée et aux alentours (traces de blocs coralliens notament),...


bloc-coralliens.jpg

 

d'où des cratères peu élevés et évasés, attaqués aujourd'hui par la mer.

undefined
undefined

Partager cet article
Repost0
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 13:25

Ca y est, on bascule gentiment vers l'hiver austral.


2 raisons font dire cela :

- les jours raccourcissent avec un soleil qui se couche dès 17H40 ! Pour un lever à vers 6H10

- un vent frais souffle le soir (les alizés ?), avec par conséquence une mer agitée


Du coup, la température descend en dessous de 30 degrés à certains moments dans la maison ! Cela faisait plusieurs mois...


En même temps, le taux d'humidité diminue.


Du coup, on a des journées parfaites au niveau de la météo : environ 31 degrés dans la journée avec un grand soleil (il ne pleut plus du tout en hiver) et une fraîcheur aux alentours de 25 degrés la nuit avec du vent. Le pied !

 

On a même besoin d'une petite laine le matin et le soir !

C'est quand même agréable d'avoir froid... Désolé de vous dire cela...


Et pendant ce temps-là, la dengue continue de progresser avec de nouveaux cas mis en évidence. Mais pas d'inquiétudes : aucune forme grave n'a été identifiée !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Aurore LEMARCHAND
  • Contact

Recherche

Archives

Liens