Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 13:28
La barge est un lieu de vie très révélateur de Mayotte : une mixité sociale, des échanges à voix élevée dans différentes langues, des regards échangés (tout le monde se connaît un peu sur une petite île comme Petite Terre), des fêtes qui se terminent ou qui commencent...

Ce samedi, en début d'après-midi, sur la barge, il y avait de l'animation !

Une vraie animation. Les voix des femmes se mêlaient d'une manière frénétique au percussions des hommes sur des casseroles.
Les femmes avançaient lentement en mettant leurs corps au rythme de leurs chants. Elles avaient toutes le même saluva (tissu dans lequelle elles s'enroulent).
Tout ce beau monde était sur la partie supérieure de la barge. Les mzungus s'approchaient par curiosité, certains prenaient quelques photos.

On se serait cru dans une mosquée, puisque les chants et les danses avaient redoublé et les femmes étaient en transe, tandis que le bateau continuait de glisser paisiblement vers la Grande-Terre.

D'un coup, à l'arrivée à Mamoudzou, tout s'estompa en même temps que le bruit des moteurs. Chacun reprit sa vie avec, dans le coeur, un peu de fête et surtout cette fraternité qui caractérise les habitants de Mayotte...
Partager cet article
Repost0
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 13:05

Après les annonces de Corsairfly (3 vols hebdomadaires au lieu de 1, à partir de 800 euros) et de Air Austral (plus de vols à 800 euros et des vols directs à partir de 2011), c’est au tour d’Air Madagascar d’annoncer des bonnes nouvelles !


Air Madagascar change sa stratégie commerciale et ses programmes de vols à partir du 29 mars 2010, suite à de lourdes pertes en 2009 (crises politiques à Madagascar, grève des pilotes, tourisme en baisse…). Elle va accentuer l'offre de desserte régionale à partir de Mayotte et lancer des vols long courriers, via Nosy Be ou Tananarive (tous les 2 à Madagascar) à destination de Paris, Marseille, Bangkok ou encore Ganzhou.


Concernant la liaison avec Paris, la compagnie nationale malgache proposera quatre fois par semaine des vols Dzaoudzi/Paris via Nosy Be ou Tananarive à des tarifs très compétitifs, entre 750 euros et 1 000 euros en haute saison.

1 000 euros maximum en haute saison : c'est une très bonne nouvelle ! Car les autres compagnies montent jusque 1 600 euros...
Partager cet article
Repost0
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 15:43

Le drapeau de Maore ou Mayotte (ou plutôt armoiries), qui combine les couleurs tricolores (bleu, blanc et rouge) de la République française, présente deux hippocampes d’argent spécifiques à l’île (qui encadrent un écu évoquant l’établissement de l’administration française à Mayotte) et arbore finalement le croissant musulman dargent et deux étoiles d’or représentant les fleurs d’ylang-ylang pour traduire la prospérité agricole de l’île et symbolisant aussi la qualité insulaire de Mayotte (grande terre et petite terre). Enfin la bordure symbolise le relief corallien (lagon) qui ceinture cette île. La devise "Ra Hachiri" en shimahorais qui signifie : "Nous sommes vigilants"




Partager cet article
Repost0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 05:49
MAYOTTE : Labattoir, la plus accueillante…


Notre ville vient de remporter le concours de la "Commune la plus accueillante" !

Initié par le comité du tourisme, le prix a pour principal objectif de sensibiliser la population à l'accueil touristique et à ses enjeux. Chirongui, Tsingoni, Kani kéli,... sont quelques unes des  communes à avoir participé. Il faut croire que le charme villageois de certaines communes de Grande Terre n'a pas suffit à concurrencer la pugnacité de Dzaoudzi Labattoir.

En effet, Labattoir n'a rien d'un village avec une population de plus de 10 000 habitants.

Labattoir en aurait enfin fini avec sa mauvaise réputation de lapideurs de gendarmes...
Certains disent que Labattoir est la ville la plus "anjouanaise" de Mayotte...
Partager cet article
Repost0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 13:46
Les territoires et départements d’outre mer pourraient rapporter gros à la France !

 

2ème superficie maritime au monde, elle vient d’avoir l’autorisation d’exploiter les sols et sous sols situés à plusieurs milliers de kilomètres de ses côtes. Recherche pétrolière évidemment, mais aussi en gaz, fer, cobalt, cuivre, nickel, plomb…

 

 

En septembre 2009, l’ONU a autorisé la France à explorer et exploiter les richesses des sols et sous sol situés sur plusieurs milliers de kilomètres carrés au large de la Guyane. Les autorités françaises demandent la même autorisation pour leurs autres possessions ultra-marines : golfe de Gascogne, îles Kerguelen, La Réunion, archipel du Crozet, îles Saint Paul et Amsterdam, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Saint-Pierre et Miquelon mais aussi les îles Éparses de l’Océan Indien (dont Mayotte).

Une quarantaine de pays ont fait la même démarche. Mais un certain nombre de conditions géophysiques doivent être remplies pour que la commission de l'ONU puisse considérer que le plateau continental revendiqué par un État, s'étend aussi loin des côtes sous l'eau.

Les techniques pour arriver à exploiter ces richesses dans des eaux si profondes n’ont pas encore vu le jour, et on ne connaît pas les richesses de ces sous sols marins, mais elles sont surtout porteuses de «promesses pour le futur».

Seule l'exploitation du sol et du sous-sol est concernée par cette convention, droits de pêche et de police en sont ainsi exclus.

Partager cet article
Repost0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 16:26
La base de défense Réunion-Mayotte a été officiellement créée mercredi 10 février 2010.

Cette mesure intervient dans le cadre de la réorganisation des armées.

Il s'agit en fait d'un organisme interarmées (Terre, Air et Marine) qui agira en soutien aux unités opérationnelles. Alors que jusqu'ici chaque armée assurait son propre soutien, la collaboration des trois unités devrait permettre d'être plus efficace.

La base de défense Réunion-Mayotte est la première à voir le jour dans un département d'Outremer, et fait office de projet pilote.


Partager cet article
Repost0
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 12:52

Saïd Hachim Said, jeune doctorant mahorais en géographie attaché au laboratoire GESTER (gestion du territoire) de Montpellier et, un moment, référent pour les risques naturels à la collectivité départementale de Mayotte, tire, une fois de plus, la sonnette d’alarme :

- « Mayotte n’est pas à l’abri du drame qui vient de se produire en Haiti... Nous sommes vulnérables et donc nous devons changer notre manière de vivre et de construire car les catastrophes n’arrivent pas qu’aux autres »

- « Le séisme en Haiti s’est produit dans une zone fortement urbanisée. Les décideurs de Mayotte devraient se pencher sur cette question très importante et regarder de près l’anarchie urbaine qui règne à Mayotte... Chacun fait ce qu’il veut, construit n’ importe comment, n’importe quoi et n’importe où, sans respect des règles d’urbanisme, sans prise en compte des dangers réels et des précautions pour s’en prémunir »

- « Les risques naturels touchent essentiellement les personnes qui sont pauvres et celles qui ne se sont pas préparées à ces danger-là, les plus vulnérables. Les pouvoirs publics devraient trouver des solutions de logements, d’urbanisation, informer et accompagner ces populations, sanctionner, quand c’est nécessaire, ceux qui construisent illégalement sans permis, avec des « foundis » (ouvriers-maîtres-maçons) dépourvus de connaissances en architecture »,

Des séismes ont été déjà enregistrés à Mayotte dont un d’une magnitude de 5,2 à l’échelle de Richter, le 1 er décembre 1993. Par chance, ce séisme était situé à 40 kms à l’est de Mayotte. Ce séisme avait quand même causé des dégâts estimés à 11 millions de francs. Des fissures sont encore visibles sur certaines maisons.

Cependant, Mayotte ne se situe pas en zone très exposée aux séismes comme les Antilles.

                                              

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2010 1 08 /02 /février /2010 15:38

Barrages sur les routes, fermetures de mairies, coupures électriques… Les Mahorais ne lésignent pas sur les moyens pour voir aboutir leurs revendications… Ces mouvements de protestations, bien que très gênants, sont plutôt pacifiques, sauf les évènements survenus en Petite Terre en décembre dernier.

Il existe un gros problème de  compréhension des lois.

Ainsi, 2 jours après les propos de Sarkozy « Le Pacte de la départementalisation implique des droits et des devoirs », un groupe de grévistes et de syndicalistes est parti couper l’électricité dans toute l’île. Un acte qui outrepasse largement leur droit de grève. Il arrive souvent que des gens perdent des appareils électriques lors des coupures. Parce qu’avant de couper ils augmentent la puissance dans les réseaux.

En dépit des dommages, il n’y aurait que très peu de plaintes déposées. Refus ou méconnaissance de la paperasserie, des droits et des coûts occasionnés, les raisons sont nombreuses. De nombreux commerces, de produits frais notamment, ont eu à déplorer des pertes lors des coupures. Cette année encore, certains ont subi plusieurs milliers d’euros de dégâts.

Un responsable syndical avoue qu’ "Il y a une mutation qui se fait à Mayotte et on voit bien qu’il y a certaines choses qu’on n’a pas encore acquis, certaines informations sur les lois. Et la manière dont nos élus et nos politiciens traitent les conflits dans les communes ou au conseil général n’arrangent pas les choses. À un moment, la population finit par être excédée et va bloquer les voies. Elle se livre ainsi à des actions en pensant qu’elles sont autorisées alors qu’elle est dans l’illégalité. C’est toute une éducation qu’on doit tous faire. Mais ici, sanctionner n’arrange rien du tout. Ça ne fait qu’envenimer les choses et créer des haines entre les populations."

La départementalisation devra résoudre ce problème : comment éduquer cette population sans attiser la haine, ni tomber dans le répressif systématiquement ? Une population plus habituée à la justice "naturelle", logique à ses yeux, qui se retrouve contrainte de suivre les lois résultants de l’histoire d’un autre peuple. Une législation qui s’est façonnée durant plusieurs siècles d'histoire.
Partager cet article
Repost0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 08:23

En pleine saison chaude, l'accumulation des ordures commence à devenir un problème de santé publique !

 

Alors que le mouvement de grève n'a duré qu'une semaine sur Petite Terre, il perdure à plusieurs endroits de Grande Terre depuis quasiment 3 semaines ! Entre "opérations escargot" des camions bennes et non ramassage des ordures, la situation devient critique à certains endroits. Surtout que certains grévistes ont décidé de ne plus assurer le service minimum.

 

La fusion des 4 syndicats intercommunaux de Mayotte en un syndicat unique est à l'origine de la grève des salariés.

Partager cet article
Repost0
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 06:58
En 2008, le tourisme d’agrément (les touristes qui viennent sans avoir de famille ou d’amis sur place, contrairement au tourisme affinitaire) qui était majoritaire en 2005, chute de 10%.
 
C'est ce que révèle les résultats d'une enquête. Voici les données complètes :
- 11 701 visiteurs en 2008 pour le tourisme d’agrément contre 12 995 en 2007, soit une baisse de 10%
- 16 621 personnes en 2008 pour le tourisme affinitaire contre 13 803 en 2007 soit une hausse de 20 %
-  90 % de ces touristes sont venus de l’île française de La Réunion et de la France métropolitaine et 10% des pays étrangers
- 58 % ont séjourné chez des parents, des amis ou des proches, 22% sont descendus à l’hôtel, 9 % dans des gîtes et chambres d’hôtes, 3 % ont préféré des résidences de tourisme et des locations de meublés, 8% ont bénéficié d’autres modes d’hébergement

 

Malheureusement, Mayotte a besoin du tourisme d’agrément et elle n'arrive pas à attirer les touristes. Pourtant, il y a énormément d'attraits sur cette île ! Il faut dire que le Conseil Départemental du Tourisme de Mayotte est en déperdition financière. Financé par le Conseil Général, il a vu sa masse salariale plus que doublé en quelques années pour des résultats peu convaincants... Du coup, le Conseil Général se désengage et ils sont en liquidation. Plus de Comité de Tourisme à Mayotte, cela ne va pas améliorer ses tristes chiffres !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Aurore LEMARCHAND
  • Contact

Recherche

Archives

Liens